Object : des éoliennes pour le Congo ?

1/ Constats

Un besoin d’améliorer l’accès à l’électricité pour les habitants

Seulement 15 % de la population congolaise a accès à l’électricité. Bien que privilégiée,  cette partie de la population est confrontée à de fréquentes coupures de courant. Coupures causées par le délestage, la surcharge du réseau ou bien dues à la précarité des installations.

Un manque de personnes formées

Le développement économique du Congo est entravé par un manque important de techniciens. Avec une part d’habitants ayant accès aux études secondaires de seulement 30 %, le Congo peine à pourvoir les entreprises — qu’elles soient locales ou internationales — en mains d’œuvre qualifiées.

2/ Le projet conduit : un stage d’auto-construction de deux éoliennes

En collaboration avec l’INPP (Institut national de préparation professionnelle), Ti’éole était invitée pour trois semaines de formation technique en République Démocratique du Congo. Ti’éole est une entreprise spécialisée dans la formation à l’auto-construction d’éoliennes de type Piggott ; créée en 2007, elle a participé à la réalisation de plus de 160 éoliennes domestiques.

Deux éoliennes ont été fabriquée à Muanda, une de 700W (2m40 de diamètre) et une de 1,5kW (3m60 diamètre). Financé par l’Agence Française de Développement (ADF), ce stage a permis de former dix formateurs de l’INPP Kongo Central de Muanda, Boma, et Matadi.

Bien que les formateurs eussent déjà un très bon niveau en électricité ou en électrotechnique, la formation leur a donné accès à des connaissances dans les domaines suivants :

     

3/ Les suites du projet à court terme

Compris dans le matériel livré sur place, les formateurs disposent désormais des outils et des matériaux nécessaires à la fabrication d’une troisième éolienne de 2m40 avec la prochaine classe d’étudiants en électrotechnique de Muanda.

4/ Potentiels et perspectives à plus longue échéance

D’un point de vue éducatif, l’éolienne est un outil pédagogique des plus intéressants.   L’apprentissage par le travail technique en parallèle de présentations théoriques permet de matérialiser des notions abstraites, d’aborder des problèmes complexes et d’acquérir des compétences pratiques.

Concernant sa pertinence énergétique, l’éolienne peut avoir sa place en complément de panneaux solaires photovoltaïques dans les régions ventées comme la zone côtière et le plateau du Katanga : l’éolienne produisant de l’énergie la nuit et pendant les périodes nuageuses.

Toutefois, l’énergie potentielle par dollar investi est en général inférieure au potentiel du photovoltaïque. Par exemple : une éolienne de 1,5kW (3m60 de diamètre sur un mât de 20m) va générer une production annuelle estimée à environ 1800kWh (ou 5 kWh/jour avec un vent moyen de 4 m/s). Pour avoir l’énergie solaire équivalente à Muanda, il faut seulement 1,2kWc de panneaux solaires.

Une éolienne de 1,5kW avec son mât, génie civil, et électroniques coûtera près de 3500 dollars, contre environ 2000 dollars pour 1,2kWc de photovoltaïque avec son système de montage et régulateur. De plus, l’éolienne exige un suivi et une maintenance plus importants.

Comment justifier la fabrication, l’installation, et le suivi d’éoliennes au Congo ?

En premier lieu, construire une éolienne par soi-même induit une compréhension élargie du fonctionnement d’un moteur électrique. Une éolienne auto-construite est donc un support pédagogique utile à la formation de mains d’œuvre qualifiées. En effet : une, deux, ou trois éoliennes fabriquées par an au centre d’INPP de Muanda donneraient à de jeunes électriciens de solides bases en électricité. Les installations locales qui fournissent l’électricité peuvent être financées par les particuliers, les sociétés, ou par l’Etat.

Parallèlement, les éoliennes auto-construites sont des machines robustes et faciles d’entretien. D’une complexité accessible à un très grand nombre, leur implantation ainsi que leur entretien ne nécessitent pas un niveau de formation particulièrement élevé, ce qui se traduit par des économies en matière d’instruction.

Etude realisé par la societe Ti’éole – energies éoliennes. Pendant le mois d’octobre 2019 deux éoliennes était réalisé en partenariat avec l’INPP et l’AFD à Muanda, RDC.